LE SynOpE se transforme et devient le SNOR

Nous avons le plaisir de vous annoncer la transformation du SynOpE (Syndicat des Opticiens Entrepreneurs) qui devient dès aujourd'hui officiellement le SNOR - Syndicat National des Opticiens Réunis.

 

V2 selection LOGO SNOR 002

Le Président du SNOR - Olivier PADIEU - a, ce jour, présenté lors d'une conférence de presse organisée au pavillon Le Doyen l'ambition de ce tout nouveau syndicat, nos propositions pour l'avenir de la profession, et en a profité pour interpeller les candidats à la Présidentielles sur 5 questions majeures :

1- Sachant que les besoins de santé visuelle vont augmenter de 30% dans les années à venir et que le nombre d'ophtalmologiste va diminuer de 20% d'ici à 2025, quel rôle entendez-vous donner à chaque professionnel de la santé visuelle pour répondre à cette problématique d’accès aux soins pour les français ?

2- Plus spécifiquement pour les enfants, comment comptez-vous améliorer l'accès aux soins, au dépistage et la prévention aux âges scolaires et préscolaires dès demain et dans une perspective d’épidémie de Myopie?

3- Face à la menace sociale de la dépendance liée au vieillissement de la population, comment comptez-vous améliorer le dépistage, l'accès aux soins et à la prise en charge la compensation de la privation des sens et notamment de la vue? (Maintien à domicile)

4- Comment les candidats souhaitent-ils assurer le remboursement égalitaire et non discriminatoire des assurés tout en garantissant leur liberté de choix de leur professionnel et de leur équipement ?

5- Comment comptez vous atteindre votre promesse de 100% de remboursement pour les lunettes ?

Le nouveau site internet de notre nouveau syndicat sera accessible dans les prochains jours à l'adresse suivante : www.opticiensreunis.org

Le premier article traitera du contenu de la conférence de presse, la présentation des propositions du SNOR ainsi que ses ambitions à long terme pour la défense des opticiens français.

 

Bonne Année 2017

Toute l'équipe du SynOpE et son conseil d'administration vous souhaite une excellente année 2017 placée sous le signe du changement.

2017

Adaptation des corrections optiques par l'opticien : N'oubliez pas les bonnes pratiques !

Le décret du 12 octobre dernier a allongé la durée pendant laquelle l'opticien peut adapter une prescription médicale. Si l'opticien réalise une adaptation, il a toutefois le devoir, en qualité de professionnel de santé, de se conformer aux bonnes pratiques HAS dans le cadre de cette adaptation.

Petit rappel : Lorsque vous renouvelez une ordonnance médicale, et que vous constatez une évolution de la vue, il est recommandé  d'orienter le patient vers son ophtalmologiste si lors de l'examen vous avez constaté :

  • une modification de la réfration > ou égale à 1 dioptrie sur 1 an (cylindre et/ou sphère)
  • un changement d'axe > ou égal à 20°chez une personne présentant un astygmatisme > ou égal  à 0,75 dioptrie
  • pour toute création ou modification de la correction prismatique

Parallèlement, nous rappelons que la première délivrance de verres multifocaux intégrant une correction de presbytie est soumise à prescription médicale.

Beaucoup d'opticiens nous interrogent  sur l'interdiction de modifier la correction dans le cadre de la primo-délivrance. Effectivement, sur ce point le décret est très clair, dans le cadre d'une primo-délivrance, même si vous constatez un écart entre la correction indiquée sur l'ordonnance et le résultat de votre propre examen, vous ne pouvez pas adapter cette ordonnance.

Les parlementaires alertés sur les risques encourus par le projet de nouveau devis en optique

Le SynOpE alerte depuis de nombreux mois le Ministère de l'Economie et le Ministère de la Santé, ainsi que les parlementaires sur les risques induits du projet de futur devis optique envisagé par la DGCCRF (induit de l'article L165-9 CSS nouveau Loi Macron).

Si le SynOpE est favorable à ce que les porteurs/assurés puissent être mieux informés, cela ne doit pas se faire au dépend de la prise en charge, ni de la lisibilité indispensable pour le consommateur qu'un tel devis doit revêtir. Si ces arrêtés étaient pris en l'état, ils seraient très préjudiciables pour les porteurs, risquent d'augmenter leur reste à charge, n'améliorera en rien la lisibilité des devis (bien au contraire) et seraient d'une mise en oeuvre extrêmement complexe et couteuse pour les opticiens, dans un contexte où le gouvernement prône au contraire un "choc de simplification".

Certains parlementaires commencent à s'en rendre compte. A titre d'illustration, vous trouverez ci-dessous une question écrite posée par le Sénateur Olivier CIGOLOTTI :

 

Question écrite n° 23909 de M. Olivier Cigolotti (Haute-Loire - UDI-UC) publiée dans le JO Sénat du 17/11/2016 - page 4972

 

M. Olivier Cigolotti attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les deux projets d'arrêtés relatifs à l'information de l'assuré social ou de son ayant droit sur les conditions de vente et la nature des informations d'identification et de traçabilité des produits d'optique-lunetterie et d'appareillage des déficients de l'ouïe qui viennent d'être transmis aux professionnels de santé concernés. Pris en application de l'article L. 165-9 du code de la sécurité sociale, ces deux projets d'arrêtés distinguent les prix de chaque produit et de chaque prestation sur le devis, et sur la facture, si bien que seuls les prix relatifs aux produits feront l'objet d'une prise en charge et donc d'un remboursement. Cela entraînera de facto une augmentation potentielle du reste à charge pour les patients, puisqu'il n'existe aucun acte nomenclaturé lié à la prestation pour l'optique, rendant donc non remboursable le tarif associé à celle-ci. Il ne faudrait pas que la transparence – souhaitable - conduise à une prise en charge minorée du prix total de l'équipement, prestation incluse. L'absence d'acte nomenclaturé lié à la prestation fait que rien ne contraindra la complémentaire santé à prendre en charge les frais liés à cette dernière. D'autre part, la quantité d'informations complémentaires introduites sur les devis les fera passer d'une à trois pages, ce qui ne va pas améliorer leur lisibilité ! Enfin, la date de mise en œuvre prévue par l'administration (1er juillet 2017) est trop proche pour permettre l'adaptation des logiciels de vente à ces nouvelles normes, un délai de douze mois s'avérant indispensable. Il lui demande donc de bien vouloir lui préciser ce qu'elle compte faire pour éviter que l'objectif de transparence affiché n'aboutisse à un résultat préjudiciable à l'assuré social.


 

Le décret opticien publié

Comme nous vous l'annoncions il y a quelques jours, le décret relatif aux conditions de renouvellement et d'adaptation des ordonnances par les opticiens vient d'être publié ce jour sur le Journal Officiel.

nous vous invitons à en prendre connaissance en le téléchargeant ici : Décret opticiens

N'hesitez  pas à nous contacter pour toute question.

Nous  ferons un point sur ce décret dans notre prochaine lettre adhérents.